Bienvenue sur l’Atelier de l’Enfant Jésus, Roi d’Amour


“Enfant Jésus
O Roi d’Amour,

j’ai confiance en Toi
et en Ta miséricordieuse bonté
Je t’ouvre mon cœur,
Viens y faire Ta demeure.
Et garde moi toujours près de Toi”

d’après Yvonne Aimée de Malestroit


« Quel est mon talent ? » Telle est la question que Florence-Anne Ambroselli, mère de neuf enfants, s’est posée à l’âge de trente ans. Cette pétillante brune savait dessiner. Depuis sa tendre enfance, elle avait baigné dans un univers artistique foisonnant, parcourant les expositions, flânant entre les étalages des brocantes et des antiquaires, cultivant son goût pour la beauté. Dès son adolescence, cette ainée de dix enfants avait prit le pinceau pour brosser les portraits des membres de sa famille, peindre à l’aquarelle les paysages qui plaisaient à son coeur. Mais cela ne lui suffisait pas. Elle voulait transmettre quelque chose de Dieu.

Cette intuition caressa de nouveau son âme lorsque, observant son troisième enfant jouer au bord de l’eau, elle saisit son crayon pour figer les traits de son beau visage, dont elle fit un saint Louis. Dés lors, son destin lui apparut clairement. Elle allait évangéliser par l’image, exalter les vertus de l’enfance, et représenter le monde invisible : « J’aime à croire que nous vivons au milieu des anges » dit-elle avec un sourire resplendissant.

Elle dénicha aux puces un stock d’images pieuses sulpiciennes, celles-là mêmes dont la petite Thérèse disait qu’elle « oubliait les heures en les regardant ». Ces oeuvres au tracé pur, aux formes simples et aux couleurs douces, lui montrèrent la voie esthétique à emprunter. Sa première création fut un Enfant-Jésus « Roi d’amour » devant lequel elle prononça, à la suite de la mystique Yvonne-Aimée de Malestroit, cette prière d’abandon : « J’ai confiance en Ta miséricordieuse bonté ».

Florence-Anne se laisse depuis porter par la Grâce. Lorsque ses enfants dorment ou sont à l’école, elle s’enferme dans son atelier et, le coeur rempli de joie, dessine les contours de ces saints et saintes qui peuplent le ciel. Chaque image est le fruit d’un immense travail iconographique et d’une intense prière : « Mon espérance est que ça aille jusqu’aux extrémités de la terre ». Cette quarantenaire enjouée veut gagner des âmes, et enseigner les esprits : par le trait de son pinceau, elle renoue avec les racines chrétiennes de notre civilisation, qui font de saint Yves l’allié des avocats, de saint Louis le patron des coiffeurs, ou de sainte Apolline l’appui des médecins et des dentistes. Autant de traditions oubliées qu’elle contribue à faire renaître. Lorsqu’elle pose ses outils, elle aime à murmurer, à la suite de son arrière grand-père le peintre George Desvallières : « Voilà ce que j’ai vu de Dieu ».


L’Atelier est heureux de consacrer du temps, de la prière pour réaliser vos projets, vos idées…et inscrire vos belles célébrations en images !

Pensez à vos cadeaux de naissance, vos filleuls, vos amis…Leur Saint patron, leur ange gardien, de jolies images pourront les accompagner toute leur vie!